Retour vers Expositions en cours

Diptyque - "Les chasses de la duchesse d'Uzès" | "L'Union des femmes peintres et sculpteurs"

Diptyque - "Les chasses de la duchesse d'Uzès" | "L'Union des femmes peintres et sculpteurs"

HD2 AFF Expo Uzès modifiée

Le musée d’Art et d’Archéologie et le musée de la Vénerie proposent deux expositions aux thèmes liés, autour d’une figure majeure du début du XXe siècle, la duchesse d’Uzès :

Intention de l’exposition

Personnalité hors du commun, animée de multiples passions et militante de l’émancipation féminine, Anne de Rochechouart de Mortemart, connue sous le nom de la duchesse d’Uzès, a été le témoin averti et influent de la vie politique et mondaine de la France à la croisée des deux derniers siècles. 

Arrière-petite-fille de la Veuve Clicquot dont elle est l’unique héritière, la duchesse d’Uzès est une figure tutélaire de la vénerie. Elle a ainsi consacré une partie de sa fortune à l’organisation de chasses à courre somptuaires, rendez-vous prisés par toute la haute société de l’époque. C’est aux côtés de son mari, Emmanuel de Crussol d’Uzès, qu’elle découvre et se passionne pour la chasse à courre à la fin des années 1860. En 1871, le duc de Crussol d’Uzès fonde son propre équipage, le Rallye Bonnelles, courant le cerf en forêt de Rambouillet. Il installe le chenil au château familial de la Celle-Les-Bordes, lieu de départ des chasses. À sa mort en 1878, la duchesse d’Uzès prend la tête de l’équipage et décide d’accroître la meute : le Rallye Bonnelles, où les traditions de vénerie se perpétuent, devient l’un des plus beaux équipages de France, fréquenté par le Tout-Paris et les chefs d’État étrangers.

Sa passion pour cette tradition plus que centenaire n'a d'égal que son enthousiasme pour les arts : elle-même sculpteur sous le pseudonyme de Manuela, elle préside à partir de 1901, l’Union des femmes peintres et sculpteurs, première société de femmes artistes, créée en France par Hélène Bertaux (1825-1909) en 1881. Face à l’hégémonie des hommes dans les milieux artistiques, Mme Léon Bertaux de son nom d’artiste, met à profit sa notoriété de sculpteur ainsi que ses relations pour rassembler artistes confirmées et talents naissants.

Vingt ans plus tard, convaincue que l’émancipation des femmes passe par les arts, la duchesse d’Uzès accepte avec cœur de prendre la troisième présidence de la Société à un moment où celle-ci compte désormais plus de 400 sociétaires. L’exposition annuelle qui se tient au Grand Palais pèse dans le calendrier des expositions parisiennes et les artistes femmes ont gagné leurs premiers combats : mieux représentées au Salon officiel, leurs œuvres entrent peu à peu dans les collections de l’État.

Autour de l'exposition

Selon l’évolution des conditions sanitaires, d’autres manifestations pourront être organisées.